Vers une offre digitalisée des formations

Digitaliser, c’est faire appel à de nouvelles techniques pédagogiques mieux adaptées aux besoins des apprenants, tout en utilisant de nouveaux moyens numériques facilitant le parcours d’apprentissage. Nous pouvons ainsi construire des formations en alliant le présentiel et le distanciel, ce que l’on appelle aujourd’hui des formations « hybridées ».

La FOAD ou Formation Ouverte et/ou A Distance est un dispositif qui a été définie juridiquement par la circulaire de la DGEFP du 20 juillet 2011, comme un « dispositif souple de formation organisé de besoins individuels ou collectifs » qui « compose des apprentissages individualisés et l’accès à des ressources et des compétences locales ou à distance » et qui « n’est pas exécutée nécessairement sous le contrôle permanent d’un formateur ». L’action de formation s’enrichit donc d’un parcours pédagogique qui peut être réalisé en tout ou partie à distance, en mise en situation reconstituée comme en situation de travail.

Un organisme de formation qui souhaite digitaliser son offre passe ainsi par plusieurs étapes de réflexion et d’organisation :

  • La construction de sa stratégie globale de digitalisation
  • Le choix de ses outils et solutions de digitalisation
  • Le déploiement de son outil et solutions de digitalisation
  • La mise en œuvre d’une pédagogie digitalisée

Il existe aujourd’hui une palette élargie d’outils pédagogiques digitaux comme les classes virtuelles, l’Adaptative learning (apprentissage adaptatif aux besoins des apprenants), les Mooc (Massive open online course, des formations en ligne ouverte à tous), ou les Spoc ( Smallprivate online course, des cours en ligne privé en petit groupe).

La construction du scénario pédagogique et son séquençage prend ici toute son importance, en répondant à des questions comme : « à quel moment le digital peut-il apporter une plus-value aux apprenants ? », pour favoriser les échanges, ou faire une évaluation des acquis par exemple.

Le rythme d’une formation est importante, car c’est qui crée de l’émotion et de la motivation lorsque l’on apprend. Encore plus à distance qu’en présentiel, la pédagogie doit être active, par l’animation du formateur, sa posture, et ses méthodes d’animation.

Enfin, la formation peut relier :

  • le synchrone par l’animation en présence du formateur en visio, des échanges par téléphone en intersession, …
  • et l’asynchrone par des échanges par emails, sur des forums ou des plateformes de communication collaborative.

En conclusion, nous pouvons développer une dynamique pédagogique plus ouverte et enrichie grâce aux technologies actuelles, sans pour autant perdre le côté humain, si nécessaire pour créer un climat de confiance facilitant tout apprentissage.

Source Réseau Carif Oref – 2021

Votre satisfaction 2021 sur l’accès à nos offres de formation et notre accueil

En 2021, vous avez été satisfaits à 84% de notre accompagnement pour vous donner les renseignements demandés et vous accompagner dans vos démarches d’inscription. Vous avez mis en avant :

– Notre réactivité et notre professionnalisme pour répondre à vos questions
– Notre très bonne écoute, notre disponibilité et notre accueil qui présage du meilleur pour la suite
– Toujours une même qualité au fil des années
– Un bon suivi tout au long de l’inscription jusqu’à la finalisation de votre dossier
– Les dossiers de motivation à compléter pour valider les prérequis qui rassurent quant à la suite
– Nos réunions d’informations faites en visio pour répondre à toutes vos questions

D’où viennent nos stagiaires en formation ?

Vous avez été :

  • 35% à vous inscrire après nous avoir trouvé sur Internet
  • 27,50% à vous être inscrits après avoir visité notre site Internet
  • 22,50% à revenir faire des formations dans notre centre, ce qui montre vos satisfaction générale
  • 10% par le bouche-à-oreille
  • 5% après nos réunions d’informations

Alors, nous voulions vous dire MERCI pour tout cela !

Le Métier de Sophrologue en 2021

Suite à une enquête menée auprès des Sophrologue par Sabine PERNET en 2021, voici quelques informations intéressantes sur le métier :

  • Le métier de Sophrologue reste à 91,27% féminin et est exercé pour 84,29% par des professionnels de plus de 40 ans.
  • Les formations longues (plus de 1an) et en présentiels (autres que par correspondances ou en ligne uniquement) sont très majoritaires : 97,15%.
  • Il semble que l’intérêt pour l’obtention du titre de Sophrologue inscrit au RNCP ait baissé en 2021. Pour 40,26%, la validation de la formation suffit.
  • 49% des Sophrologues travaillent à temps plein dans cette activité.
  • 65% des Sophrologues se dotent de spécialisations ou de méthodes complémentaires à la sophrologie (hypnose, coaching, EFT, massage).
  • 84,65% sont en statut d’autoentrepreneurs.
  • Pour 80% des Sophrologues, la moyenne de rendez-vous se situe entre 3 à 4 par jour de travail. 12,5% dépassent ce nombre de rendez-vous journaliers.
  • 75,7% des Sophrologues proposent des séances en groupe, à un tarif moyen supérieur à 15 euros la séance.
  • 50,4% des Sophrologues ont choisi aussi d’intervenir en entreprises. Près de 80% de la facturation en entreprise se fait sur une base d’un taux horaire compris entre 50 et 150 euros l’heure.
  • 73,6% des Sophrologues ont maintenu une activité durant les dernières périodes de confinement. 74,7% ont mené les séances individuelles en visioconférence ou par téléphone. 36,8% ont mené des séances de groupe en visioconférences.
  • Au 15 août 2021, 96,4% ont repris leur activité. 28,6% de ceux qui n’ont pas repris ont décidé de fermer leur entreprise. 60,6% ont développé les séances individuelles en visioconférence.

Source – Sabine PERNET – Pour consulter le rapport complet, cliquez ici – Merci Sabine 🙂